Quand la fatigue des parents est inversement proportionnel à la vitalité des enfants